Les îles Galapagos, Équateur

Km 14 931

On en a rêvé, mais c’était toujours très loin. Est-ce qu’on ira vraiment là-bas un jour? Puis on était en Equateur, on savait que ça sera maintenant ou jamais. Ce n’était pas évident entre les changements de règles (plus que les personnes vaccinés sont autorisés à rentrer sur les îles, donc on a fait une vaccination monodose de dernière minute, mais quelques jours avant notre départ ils ont de nouveau abandonné cette règle ), les prix de billets d’avion de dernière minute plutôt chers et les vélos et nos sacs à stocker pendant une semaine. Mais on a réussi et au final, c’était même mieux que ce qu’on avait imaginé !

On atterrit sur l’île de San Cristóbal, l’île la plus à l’est de l’archipel. Il y a du soleil quand on sort de l’aéroport et la ville de Puerto Baquerizo Moreno (la capitale provinciale) n’est qu’à quelques centaines de mètres à pied. On pose nos affaires et on fait un tour, on comprend vite qu’on est au paradis, surtout le paradis des animaux ! En longeant le bord de mer, on constate que tous les points d’ombre sont pris par des otaries, même les bancs. On continue notre promenade jusqu’à la baie de Tijeretas pour une première session de snorkeling. Et qui nous accompagne ? Une tortue marine! Pour terminer la journée, on marche encore un peu le long du bord de la mer et on croise nos premiers iguanes marins en train de bronzer sur le sable et les rochers volcaniques. Pas mal pour une première journée! Le deuxième jour, nous louons des vélos pour explorer l’intérieur de l’île. On retrouve un paysage bien vert, enveloppé dans un brouillard très dense. Mais pendant qu’on mange notre pique-nique à la Laguna El Junco, on peut quand-même voir les Tijeretas, l’oiseau typique ici, virevolter dans l’air. On passe dans un centre de protection des tortues géantes. On les admire dans tous les stades, de bébé jusqu’à adulte. Avant de rentrer, on passe encore à la Playa Puerto Chino, une belle plage au sable blanc fin. Est-ce qu’on se serait trompé d’île et on est aux Caraïbes? On en croit pas nos yeux. Puis c’est déjà notre dernier jour sur cette île. On refait un grand tour de snorkeling à La Lobería. Dans l’eau, on nage avec une dizaine de tortues marines, une multitude de beaux poissons et bien sûr, des lobos (des otaries). On termine la journée avec un asado (viande grillée), puis c’est bye bye San Cristóbal !

Le réveil sonne tôt, notre bateau part à 7h. A 9h, on débarque à Puerto Ayora sur l’île de Santa Cruz, l’île la plus peuplée de l’archipel. On pose Nos affaires à l’hôtel et après le repas de midi à l’hôtel, on fait un tour découverte de Puerto Ayora. On commence par la station de recherches Charles Darwin, le cœur du parc national. Le centre est dédié à la protection d’espèces en danger, notamment les tortues géantes des Galápagos. Donc dans le centre, on voit des tortues de presque toutes les îles des Galápagos dans plusieurs tranches d’âge, de 2 mois (les derniers nés à 5 ans. À l’âge de 5 ans, les tortues sont ramenées sur leurs îles d’origine et laissées à leur sort. Elles sont assez grandes et lourdes pour ne plus être la proie de leurs ennemis principaux, des rapaces. Au centre, il ne reste que quelques tortues adultes qui ont été récupérés de zoos ou particuliers et qui sont trop habituées à une vie domestique. On adore toutes les infos sur les tortues et la faune et la flore de manière générale des îles. On termine la visite en allant vers les deux petites plages de la station de recherches. Comme on a encore un peu de temps avant le coucher de soleil, on continue notre balade au bord de la mer en explorant toutes les petites criques, notre objectif est de voir des requins et des raies. Mais à part des crabes, des otaries et quelques oiseaux, on ne voit rien. A la nuit tombée, on tente notre chance au port. On a lu que parfois les requins sont attirés par la lumière. En effet, on a de la chance: on peut observer un requin de récif chasser des petits poissons. C’est un spectacle impressionnant, le requin nageant le long du ponton à la chasse des petits poissons. Ça nous a fait la journée et on est prêts à rentrer pour un dîner à la maison. Le lendemain, on loue de nouveau des vélos pour explorer l’intérieur de l’île. On monte d’abord tout en haut de l’île pour voir los Gemelos, des énormes cratères non volcaniques. L’environnement est sympa. Les arbres sont tous verts et recouverts de mousse. On redescend jusqu’à Bellavista où on visite des tunnels de lave. Ils ont été créés lors d’éruptions volcaniques. Quand la lave coule, elle sèche d’abord en surface au contact avec l’air plus froide, mais à l’intérieur, elle continue de couler, laissant des énormes tunnels et caveaux. On parcourt un tunnel sur 850m et on est impressionnés par la taille et la hauteur. On peut presque s’imaginer les éléments et la chaleur lors de sa création. Ensuite, il reste un dernier stop, la Playa El Garrapatero. On voit quelques tortues en liberté au bord de la route, c’est génial, mais la pluie juste après refroidit nos émotions. A la plage, il ne pleut heureusement plus, mais il fait gris. C’est joli quand-même et on se met à la découverte de plusieurs petites criques et d’une lagune salée où on voit des flamants roses. Pour notre dernier jour sur les îles, on va refaire une journée de snorkeling. On commence par Las Grietas, des canyons à l’eau cristalline avec plusieurs gros poissons dedans. À la sortie, on s’arrête à la Playa los Alemanes pour pique-niquer et nager. On voit un iguane marin nager dans l’eau (enfin, on avait déjà des doutes si ce n’était pas plutôt des iguanes terrestres!), mais le highlight sont les raies qu’on découvre dans la baie! On est stupéfaits par leur élégance de glisser dans l’eau. On a vraiment vu tous les animaux, trop bien! Pour la fin de l’après-midi, on va encore à la Playa Brava (ou Playa Tortuga) où les tortues marines aiment bien mettre leurs œufs. Mais c’est surtout considéré comme l’une des plus belles plages de l’archipel. On est d’accord à la vue de l’étendue de sable blanc fin et des pélicans virevoltant au-dessus de la mer et plongeant entre les vagues pour attraper des petits poissons. On continue un peu plus loin jusqu’à la Playa Mansa, une belle baie à l’eau toute tranquille (on dirait presque un lac) où on voit encore un petit requin. Pour clôturer la journée, on s’offre une soirée au restaurant pour manger une langouste fraiche. Une première pour nous deux, c’est délicieux, mais avec toutes les carcasses, c’est un peu chiant à manger aussi. On laisse encore défiler nos expériences en allant à l’aéroport le lendemain matin. On a tellement de la chance d’avoir vécu tout ça, on est juste heureux!

Pour toutes les photos, clique ici:
Les îles Galapagos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *