Le désert d’Atacama de long en large, Chili

Km 8335

On nous a souvent parlé du désert d’Atacama, déjà en Europe avant de partir et puis aussi ici au Chili. On était donc impatient d’arriver à San Pedro d’Atacama, la ville qu’on avait associé à ce fameux désert. Nous étions donc plutôt surpris de déjà voir des paysages désertiques autour de nous au bord de la mer, à plusieurs centaines de km au sud de San Pedro. Après quelques recherches, nous avons appris que le désert d’Atacama ne se situe pas seulement autour de cette ville touristique, mais qu’il s’étend sur tout le nord du Chili, de la frontière péruvienne jusqu’au sud de Copiapó (selon Wikipedia une surface totale de 104 903 km², pour référence l’Autriche ne fait que 83 871 km²). Vous pensez peut-être que pendant tous ces km, nous n’avons pas pu voir grande chose, mais on vous rassure, c’était un trajet intéressant tout de même!

Il faut savoir que le désert d’Atacama ne se présente pas partout sous la même forme. Au bord de la côte, nous avons vu d’énormes dunes de sable, plus à l’intérieur des terres on a retrouvé un désert de pierres. Et en arrivant à San Pedro de Atacama, il y a des salars (des lagunes salés) et des vallées lunaires. Nous ne saurions pas dire ce qui nous a plu le plus. Les dunes de sable vers la côte ressemblaient le plus à ce que nous avons imaginé en pensant à un désert. Et le sable donne des spots de camping tout doux pour dormir. De plus, beaucoup de villes sont concentrées sur la côte. Il était donc plus facile de trouver de l’eau et de la nourriture. A l’intérieur du pays, il n’y avait quasiment rien, pas de villages, pas d’eau et aucun signe de vie. Nous avons d’autant plus apprécié la gentillesse des personnes croisées: un homme en voiture qui s’arrête devant nous pour nous donner un pack de bouteilles d’eau (un cadeau du ciel, car on était déjà en court d’eau), un jeune qui nous voit dans la rue et nous invite spontanément à dormir chez lui la nuit ou encore le camionneur qui veut absolument charger nos vélos derrière et nous amener jusqu’à la prochaine ville (ce qu’on a dû refuser 10 fois parce qu’il ne voulait pas croire qu’on passe ici volontairement, mais on est là pour pédaler après tout 😉). Et puis à San Pedro, il y avait malheureusement beaucoup de sites touristiques fermés. Mais déjà la ville en elle-même avec les maisons en pierre bien préservées est charmante. Sans parler des paysages qui sont différents de chaque côté de la ville… Il y a tant de choses à voir, on comprend pourquoi en temps normal il y a plusieurs milliers touristes chaque jour. On vous raconte bientôt en détail toutes nos visites ici, mais ce qui est sûr, c’est qu’on a aimé toute la traversée du désert et qu’on est fiers d’être déjà arrivés jusqu’au nord du Chili!

Pour voir toutes les photos, clique ici:
Le désert d’Atacama

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *