L’altiplano péruvien, Pérou

Km 10 646

On continue notre voyage au Pérou où on l’avait arrêté en Bolivie: au bord du Lac Titicaca. Cela aurait été tellement plus facile de traverser l’une des nombreuses frontières au bord du lac, mais comme les frontières terrestres sont toujours fermées, nous avons dû prendre un avion de La Paz à Lima et ensuite un autre de Lima à Juliaca. Arrivés à Juliaca, nous avons pris le premier bus jusqu’à Puno au bord du Lac Titicaca. Installés sur la place principale pour remonter nos vélos, on était fatigués du voyage mais heureux d’être arrivés sans grand problème sur le sol péruvien.

Nous avons réservé le premier jour pour la visite de Puno. Le matin, nous avons donc pris un bâteau pour visiter les fameuses îles flottantes des Urcos, un peuple amérindien qui s’est réfugié devant les incas sur des îles construites de paille. On a écouté les intéressantes explications sur leur mode de vie avant d’essayer leurs vêtements traditionnels pour des photos. La famille que nous avons visité sur l’île était super sympa (chaque bâteau accoste sur une île différente), ça se voyait qu’ils avaient du plaisir à nous accueillir. De retour sur la terre ferme, nous avons dégusté notre premier Ceviche (un plat typique péruvien à base de poisson cru mariné avec du jus de citron et des épices). L’après-midi, nous avons visité le centre de Puno et fait quelques dernières courses pour être prêts à repartir en vélo.

Cela faisait longtemps que nous n’avion plus vraiment fait de vélo. Enfin c’était l’heure de pédaler au Pérou. L’environnement de l’altiplano péruvien ne change pas beaucoup par rapport à l’altiplano bolivien, mais il faisait légèrement plus chaud. On a enchaîné les km et les jours en direction de Cusco. Après 3 jours de vélo, nous avions la chance de terminer notre journée à Aguas Calientes, une station de bains thermaux. On a dormi sur place et on a profité d’une soirée dans un jacuzzi privé. Quel bonheur après une journée d’efforts ! Mais l’effort le plus difficile de ce trajet était encore devant nous. Nous avions découvert sur la carte que les fameuses montagnes de couleurs ne se trouvent qu’à un pas de la route vers Cusco. Comme il n’y avait pas de bus pour y aller (à part de réserver un tour complet avec une agence), nous avons décidé d’y aller à vélo. Mais nous avons sous-estimé la distance et le dénivelé, et pour arriver en vélo à 4800m d’altitude, nous avons souffert. Mais le paysage splendide nous a récompensé. Nous étions seuls avec les alpagas qui se baladaient dans les montagnes et le massif de l’Ausangate et son glacier en toile de fond. De retour dans la vallée, nous avons passé la nuit à Checacupe où nous avons visité le pont colonial et le pont inca qui se trouvent côte à côte au-dessus d’une petite rivière. Pour arriver à Cusco, il ne restait qu’une dernière étape de 100km. Une autre journée difficile, mais des pauses au Lago de Urcos, à Andahuaylillas pour visiter l’église connue comme la chapelle sixtine d’Amérique de Sud et à la Laguna de Huacarpay ont entrecoupé le trajet par des petites étapes. Arrivés à Cusco, nous avons été accueillis par Luis, notre hôte Couchsurfing pour cette nuit. Après une bonne douche chaude, une bière, quelques belles discussions et un bon repas, nous nous sommes  écroulés au lit et nous avons dormi comme des bébés.

Pour voir toutes les photos, clique ici:
L’altiplano péruvien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *